Le confinement réconcilie les parents avec les activités numériques

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Osmo, dont les jeux ludo-éducatifs interactifs dont utilisés par 2,5 millions d’enfants dans le monde, a mené une étude avec Harris Interactive auprès d’un échantillon représentatif de parents d’enfants âgés de 3 à 14 ans portant sur l’usage des écrans et leurs regards de la parentalité. L’étude fait le point sur l’utilisation des outils numériques à la maison et tente d’aider à comprendre le bilan que les parents ont tiré de cette séquence, de voir dans quelle mesure celle-ci avait réinterrogé leur rapport aux écrans et de tester leur appétence envers différentes solutions pour occuper leurs enfants.

Elle révèle que 25% des parents ont une meilleure perception des activités numériques et 74% souhaitent proposer des activités plus intéressantes et amusantes à leurs enfants depuis le confinement. 59% des parents pourraient accorder à leur enfant plus de temps d’écran si le contenu consommé était éducatif d’une manière ou d’une autre. Pourtant, leur rôle de parents leur semble bien difficile…

Les parents ont été poussés à (re)découvrir des outils numériques qui ont été de sérieux alliés pour combler la distance physique avec les proches mais aussi permettre aux enfants de poursuivre leur apprentissage, de s’occuper et de se divertir.

Temps d’écran : une préoccupation majeure

La gestion du temps d’écran des enfants constitue une préoccupation forte pour les parents et peut être source de désarroi. Dès le plus jeune âge, une majorité absolue de parents indiquent que leur enfant a déjà utilisé non seulement une télévision (80% au total), mais aussi un téléphone mobile (65%), une tablette (62%) ou un ordinateur portable (55%). 49% des enfants âgés de 3 à 5 ans ont déjà utilisé un smartphone ou une tablette.

Presque tous les parents (87%) déclarent avoir établi des règles concernant le temps d’écran de leurs enfants. Cependant, ces règles semblent insuffisantes : 56% des parents regrettent de ne pas avoir appliqué de règles plus strictes en matière de temps d’écran pour leurs enfants.

Par ailleurs 71% s’inquiètent de la qualité du contenu consommé par leur enfant pendant son temps d’écran. Une inquiétude qui traverse les frontières, puisqu’elle concerne 81% des parents américains.

Un temps d’écran qui reste stable

Le confinement n’a pas bouleversé les représentations des parents quant au temps d’écran de leur enfant : avant le confinement, ils déclaraient autoriser leur enfant à 1h33 d’écran en moyenne par jour ; à l’avenir, ils envisagent exactement le même temps d’écran moyen par pour leur enfant (1h33). Cette parfaite stabilité masque néanmoins des niveaux très variés selon l’âge : proche d’1h en moyenne chez les parents de 3-5 ans, supérieur à 2h parmi les parents de 12-14 ans.

Le confinement a mis à rude épreuve la parentalité

Les deux tiers des parents (67%) ont le sentiment que la parentalité est plus difficile aujourd’hui que ce n’était le cas lorsqu’eux-mêmes étaient enfants. Ce constat n’est pas lié au profil de leur progéniture, puisque tous les parents y adhèrent dans les mêmes proportions, quel que soit le sexe ou l’âge de leurs enfants. Ce sentiment de difficulté traverse donc toutes les catégories de population et traverse même les frontières, puisqu’en février 2020, 77% des parents américains étaient d’accord avec cette idée d’une difficulté accentuée par rapport à la génération antérieure. D’ailleurs, près d’un parent français sur deux (44%) admet se sentir à court d’idées pour occuper son enfant quand il est à la maison. D’où une aspiration forte : les trois quarts des parents (74%) aimeraient pouvoir proposer des activités plus intéressantes et amusantes à leur enfant.

Des contenus éducatifs pour rassurer les parents

Mais au-delà du temps d’écran autorisé, le confinement a fait évoluer une partie des parents dans leur regard porté sur les activités numériques : 25% d’entre eux estiment avoir désormais une meilleure image de ces activités après le confinement, soit davantage que les 18% estimant au contraire que le confinement a dégradé leur perception des activités numériques.

Alors comment trouver un compromis : 59% d’entre eux estiment qu’ils accorderaient à leur enfant plus de temps d’écran si le contenu consommé était éducatif d’une manière ou d’une autre. Cette option est perçue positivement par une majorité de parents quels que soient l’âge ou le sexe de leur enfant.

Méthodologie de l’enquête

L’enquête en ligne réalisée par Harris Interactive pour Osmo a été menée du 25 juin au 1er juillet 2020 auprès de 1000 parents ayant des enfants âgés de 3 à 14 ans en France. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe et âge de l’enfant, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation des parents.

Les comparatifs « USA février 2020 » proviennent d’une enquête Osmo menée par l’institut OnePoll aux États-Unis, réalisée en ligne du 4 au 11 février 2020, auprès d’un échantillon de 2000 parents d’enfants de 5 à 14 ans