KFS, dispositif d’arrêt automatique des trains de CLEARSY, limite les freinages d’urgence au strict nécessaire

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

La ligne 2 du tramway de Nice avec son tunnel long de 3,2 km est caractérisée par des tronçons de moindre visibilité. Sécurité ferroviaire oblige, ce sont autant de zones à protéger des franchissements intempestifs de signaux restrictifs (feux au rouge). Dans ce cadre, CLEARSY a développé une nouvelle version de KFS, son dispositif d’arrêt automatique des trains. Celle-ci contient des modalités de freinage inédites, visant à limiter significativement le nombre d’arrêts d’urgence non indispensables au regard de la sécurité des voyageurs. Le dispositif est entré en service au début de l’été sur deux des cinq stations à équiper. On y comptabilise huit zones à protéger. A terme, CLEARSY équipera une vingtaine de zones à protéger.

« Un arrêt d’urgence est forcément brutal puisqu’il survient dans un temps très court », explique Florent Patin, responsable du projet. Alors qu’en temps normal le freinage est déclenché par le conducteur, il est provoqué automatiquement via KFS, et survient en quelques secondes quand le train franchit des signaux restrictifs comme les feux rouges ou les interdictions temporaires. « Un système KFS comprend trois parties, reprend Florent Patin, une balise implantée sur la voie reliée à un signal, un capteur embarqué fixé sur le bogie qui capte les informations émises par la balise et un calculateur embarqué qui envoie les différentes commandes vers le train, dont la commande de freinage d’urgence ». Habituellement, lorsque ce type de système n’est pas en mesure d’assurer et de garantir sa fonction de protection, qu’il est en état de panne, le freinage d’urgence est l’état par défaut. Pour le plus grand inconfort des passagers.

Florent Patin : « Nous voulions qu’il y ait deux alternatives possibles en réponse à une panne de système et avons introduit la possibilité d’un freinage souple ». Il a fallu pour cela implémenter une fonction diagnostic de pannes et modifier l’architecture du système (ajout d’une sortie « freinage de service » sur le bloc embarqué à destination du véhicule). La solution niçoise réserve le freinage d’urgence aux situations avérées de risque immédiat pour le voyageur. Une panne qui ne risque pas de masquer un franchissement par exemple sera traitée par un freinage de service. Sans risque pour la sécurité des voyageurs. Preuve en est, le système a obtenu cet été sa certification SIL 2.

Dans ce projet, Mobility Crossway (VINCI Energies), spécialiste des systèmes de sécurité pour les infrastructures de transport, a réalisé le système signalisation ferroviaire de la ligne et a commandé à CLEARSY le dispositif d’arrêt automatique des trains.

Plus d’informations : www.clearsy.com