Suite à l’annulation des Rencontres d’Arles, BMW Art & Culture, mécène engagé, adapte ses projets en créant de nouveaux dispositifs

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

BMW est partenaire des Rencontres d’Arles depuis 2010. En raison de la crise sanitaire, le festival ayant dû être annulé cette année, BMW mécène engagé a souhaité maintenir les expositions dans lesquelles il est impliqué sous de nouveaux formats innovants.
 
La Résidence BMW présente « Ways of seeing algorithmically, John Berger reloaded » de Lewis Bush.

La Résidence BMW, une carte blanche, dédiée à l’innovation photographique et la transmission, offerte à des talents contemporains. 

L’exposition de Lewis Bush « Ways of seeing algorithmically, John Berger reloaded » qui devait avoir lieu au cloître Saint Trophime à Arles sera visible sous forme d’une visite virtuelle et d’une web app à partir du 10 juillet 2020.

Dans un environnement digitalisé aux résonnances arlésiennes, la Résidence BMW présentera les recherches de Lewis Bush sur la digitalisation des images, la vision machine et l’intelligence artificielle documentés par des interviews, textes, images et surtout une expérience de la vision par ordinateur restituée en réalité augmentée via une web-app, au cœur du projet de Lewis. Œuvre à part entière, la relecture du livre original de John Berger « Ways of seeing » a été imaginée par Lewis Bush en collaboration avec les étudiants de GOBELINS, l’école de l’image. 

Lewis crée un livre virtuel qui montre la lecture qui en est faite par un ordinateur. Pensée comme un collage numérique superposant le réel et le virtuel, l’ancien et le contemporain, la solution proposée par Blinkl qui a réalisé le projet réinvente le livre photographique en tant qu’objet. 

L’accès à la visite est disponible à l’adresse : https://www.bmw.fr/laureat2019 Une fois connecté au site, depuis un ordinateur ou une tablette, une introduction au concept permet de facilement vivre l’expérience augmentée à l’aide d’un smartphone.  Le travail de Lewis Bush sera aussi visible cet été à la Fisheye Gallery à Arles du 15 juillet au 31 août 2020. 

Les visiteurs pourront découvrir les coulisses de la Résidence BMW dans un film réalisé au cours de la résidence de Lewis à GOBELINS l’école de l’image, la web-app permettant de « mettre à jour » l’édition originale de John Berger Ways of seeing.

Ways of Seeing, de John Berger, a exploré ce que signifie de voir le monde, en particulier à travers la façon dont les influences de l’art classique ont façonné l’appréhension de notre univers. Lewis Bush utilise la technologie de réalité augmentée pour mettre à jour le livre mythique de John Berger. Au départ, émission créée pour la BBC, Ways of Seeing a ensuite fait l’objet d’un livre, depuis vendu à des millions d’exemplaires et traduit dans 12 langues dont le français avec le titre « Voir le voir ».
 
Le livre « Ways of seeing algorithmically » à paraitre en septembre 2020.

Les éditions Trocadéro et BMW coéditent chaque année un ouvrage présentant le fruit du travail mené par le lauréat pendant sa résidence à GOBELINS, l’école de l’image.
Le livre  « Ways of Seeing Algorithmically » de Lewis Bush, sous la forme d’un essai, est le neuvième ouvrage de la collection BMW Art & Culture. Préfacé par Vincent Salimon, président du directoire de BMW Group France, le livre s’ouvre sur une introduction de François Cheval, directeur artistique de la Résidence BMW ; suit un essai illustré de Lewis Bush en continuité de l’œuvre de John Berger parue en 1972 Ways of Seeing aux éditions Penguin Books Ltd.

Il est présenté sous une jaquette Kraft souple quatre volets. Ways of Seeing Algorithmically de Lewis Bush – Résidence BMW à GOBELINS, l’école de l’image. Éditions Trocadéro / BMW Art et Culture – Parution : septembre 2020 Prix : 29€ – Format : 20 x 25,6 cm – 80 pages, 23 illustrations n/b, français / anglais  ISBN : 979-10-94965-17-7

BMW partenaire du projet HEXAGONE d’Éric Bouvet et de Yan Morvan. L’exposition HEXAGONE devait se tenir dans le cadre de l’édition 2020 des Rencontres d’Arles a été annulée en raison de la crise du COVID-19. Le travail de Yan Morvan et d’Eric Bouvet fera l’objet d’une exposition inédite proposée en exclusivité́ par les Rencontres d’Arles et SNCF Gares & Connexions, à Paris Gare de Lyon et Avignon-TGV.

Les photographes Éric Bouvet et Yan Morvan présentent 80 portraits de Françaises et de Français à travers une campagne photographique menée pendant deux ans sur le territoire. 60 000 km parcourus dans l’Hexagone par les deux photographes, chacun au volant d’une    BMW X4 qui leur a ainsi permis de mener à bien leur projet en sillonnant la France. Le regard spécifique de chacun des photographes propose une approche différente des français. Ils ont effectué, en parallèle des prises de vue destinées à l’exposition, un making-of pour BMW montrant les coulisses des prises de vues ; ces rencontres uniques avec des femmes et des hommes, des paysages et sites variés, illustrant la richesse de leur parcours. 

Les deux photographes ont tenté de comprendre ce qu’était « être français aujourd’hui ? », voici quelques réponses :  

Lionel Bomayé dit « Kizo », animateur de quartier à la Cité de la Grande Borne à Grigny : « Je suis né en France donc ce n’est pas que je me sens français, je suis français parce que je suis né en France. Je suis citoyen français, quand je dis citoyen, je contribue à une évaluation dans les quartiers, j’apporte mon savoir-faire, une connaissance, je partage. Être français c’est partager ».

Marie-Annick Brule, ingénieure d’essais au centre d’essais techniques internationale de Miramas : « Pour moi être française  c’est être ouverte au monde, à sa multiplicité. C’est être créative et innovante, c’est trouver de nouvelles voies à explorer, de nouvelles idées à accueillir et faire grandir. C’est participer à créer un monde où chacun et chacune trouvera sa place »

Cindy Jeudy, Dame Marieuse, château de Vitry-La-Ville : « Je suis gourmet, j’adore manger, j’adore le vin blanc. En tant que champenoise j’adore le champagne. Donc je pense que je suis française parce que j’aime manger ». 

Alexis, Paul et Thierry Choquard nés à Boulogne-Billancourt et Cagnes sur mer.  Thierry : « Fier d’être français surtout quand on voyage à l’étranger, l’on se rend compte de ce que cela veut dire. Ne pas avoir peur de le revendiquer. Du coup être irréprochable durant ces voyages puisque l’on représente ce pays. »
 
Retrouvez ces histoires sur le compte Instagram BMW Art et Culture : @bmwgroupculture_fr https://www.instagram.com/bmwgroupculture_fr