Le Grand Prix du « Plus Bel Intérieur de l’Année » décerné à l’Opel ADAM par le Jury du 28eme Festival Automobile International

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

A l’intérieur comme à l’extérieur la petite citadine se montre aussi belle qu’innovante

L’Opel ADAM, vient de se voir décerner une belle récompense : la petite voiture impertinente d’Opel a reçu le Grand Prix du « Plus Bel Intérieur de l’Année » au cours de la soirée inaugurale du Festival Automobile International organisée devant la majestueuse Eglise du Dôme aux Invalides à Paris. Yves Pasquier-Desvignes, Président de GM France, a reçu ce prix au nom d’Opel.

Ce dernier a déclaré : « Nous sommes très honorés de recevoir ce prix du Plus Bel Intérieur. Mais nous devrions dire des plus beaux intérieurs car la personnalisation extrême de l’Opel ADAM permet de composer plus de 80 000 intérieurs différents »

Dans le cadre de l’élection de la Plus Belle Voiture de l’Année, Le Grand Prix du « Plus Bel Intérieur de l’Année » est décerné par un jury de personnalités présidé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Si l’extérieur se distingue en affichant une ligne sympathique sans faire appel à la vogue néo-rétro, l’intérieur joue la carte de l’élégance mariée à l’innovation. Plutôt que de proposer de classiques niveaux de hiérarchie, l’ADAM a cassé les codes avec trois tonalités intérieures, ou « ambiances ». ADAM JAM est délurée et funky, destinée à une clientèle très concernée par la mode ; ADAM GLAM offre des harmonies plus élégantes et plus sophistiquées, visant une clientèle aux goûts plus éclectiques ; tandis que SLAM est plus masculine, ambiance décontractée et sport.

Après ce premier niveau de personnalisation, Opel a développé tout son savoir-faire et la force de son inventivité pour enrichir les possibilités, en offrant des équipements encore jamais vus dans une petite citadine. Tout commence en levant les yeux au ciel : dans l’habitacle, le ciel de pavillon peut être personnalisé pour s’adapter à tous les goûts. Un vaste toit vitré peut baigner de lumière naturelle l’ADAM. Mais le pavillon le plus spectaculaire offert sur l’ADAM est le « Starlight » illuminé de 64 LED. Quand elles sont allumées, on se croirait sous la voûte d’un ciel étoilé. Mais on peut aussi préférer un ciel de toit imprimé d’un drapeau à damiers ou de feuilles d’automne par exemple.

L’habitacle de l’Opel ADAM innove aussi avec sa planche de bord : elle peut être personnalisée de multiples façons, à commencer par les bandeaux décors disponibles dans une multitude de teintes et de revêtements. Deux de ces bandeaux décors peuvent être rétroéclairés par LED, ce qui crée une ambiance luminescente tout en douceur absolument unique sur le marché de l’automobile. Cet accessoire de design exclusif est associé à un éclairage d’ambiance dont la lumière indirecte illumine les bacs de portières, la console centrale et les caves à pieds. L’éclairage d’ambiance peut se décliner en huit teintes, que l’on peut sélectionner ou laisser s’enchainer. A chaque fois, une nouvelle atmosphère baigne l’intérieur.

La citadine d’Opel qui vient d’être distinguée offre à bord également une connectivité encore inconnue jusqu’alors à ce niveau de gamme. Le système IntelliLink à travers un écran tactile de 7 pouces est conçu pour accepter les nouvelles sources médias – tels que les smartphones et leurs applications – via une connexion Bluetooth ou USB. Le point fort de l’IntelliLink est qu’il est capable de fonctionner avec les deux systèmes d’exploitation des smartphones les plus répandus, Android et Apple iOS.

Compact et parfaitement intégré, le système d’info-divertissement Opel IntelliLink permet aussi d’exploiter des applications comme le système de navigation BringGo, avec une cartographie de l’Europe orientale et occidentale.

Longue de 3,70 mètres, l’Opel ADAM est proposée à partir de 10.990 € avec un moteur essence de 70 ch. Deux autres puissances sont également disponibles, 87 et 100 ch. L’Opel ADAM, seule voiture de son segment développée et produite en Allemagne, sera disponible dans les concessions françaises en mars 2013.