COMPTE-RENDU DE LA TABLE RONDE MEATLAB CHARAL 3E ÉDITION : « MANGER CONNECTÉ : VERS UN NOUVEAU MODÈLE ALIMENTAIRE ? »

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Le 17 octobre dernier se déroulait à Paris la 3e édition des rencontres MeatLab Charal. À travers ces rendez-vous initiés en 2017, Charal, la marque leader de la viande en France, se donne pour ambition d’entamer la conversation et de s’interroger sur les questions liées à l’alimentation, afin d’analyser la façon dont elle est impactée par les évolutions sociétales. La 1re édition avait ainsi ouvert le débat sur la question du flexitarisme, puis, lors de la 2e, la question du genre avait été abordée en analysant les différences homme-femme dans l’alimentation d’un point de vue nutritionnel mais aussi sociologique et neuroscientifique.

Pour la 3e édition, comme le souligne Stéphanie Berard-Gest, directrice marketing de la marque Charal, nous avons choisi la Station F, incubateur européen de start-up, afin d’ouvrir le débat sur la façon dont le digital influence notre alimentation. Que ce soit via les applications, qui nous donnent des informations nutritionnelles et qui sont pour nous à la fois une opportunité pour valoriser les bienfaits nutritionnels de la viande de boeuf et un challenge lorsqu’il s’agit de produits élaborés, ou via l’influence des réseaux sociaux.

Pour en parler :
– Sabrina Therene, IFOP
– Ysabelle Levasseur, diététicienne nutritionniste
– Catherine Lejealle, docteure en sociologie, enseignante-chercheuse à l’ISC Paris
– Clément Chevrette, directeur de Smart Food Paris

Débat animé par Grégory Dubourg, directeur et fondateur de l’agence Nutrikéo, spécialisée dans le conseil en stratégies nutrition.

MANGER CONNECTÉ : VERS UN NOUVEAU MODÈLE ALIMENTAIRE ?

En 2007 apparaissait le premier smartphone. Avec lui, nous avons désormais la possibilité d’accéder partout et n’importe quand aux réseaux sociaux et aux applications connectées. Au départ, on pouvait y voir une utilisation purement « tech », mais aujourd’hui son utilisation est plébiscitée dans de nombreux secteurs, avec en tête de file le secteur alimentaire. Commandes en ligne, comparaison de listes d’ingrédients, vérification des allergènes, géolocalisation des produits, vérification de la traçabilité… : le téléphone est devenu l’assistant alimentaire des consommateurs.

La question posée a été la suivante : à quel point cette digitalisation influence-t-elle nos choix alimentaires et le rapport à notre assiette ?
– Quel est l’impact de la technologie sur notre façon de manger, et notamment sur notre façon de manger de la viande ?
– Qui décide in fine : l’individu ou les influences multiples auxquelles il est exposé ?
– Comment les Français arrivent-ils à faire le tri dans les informations qu’ils reçoivent ?
– Et le plaisir dans tout ça ? Manger beau et sain s’inscrit-il forcément en contradiction avec les notions de goût, de plaisir et de partage ?
– Cette approche connectée remet-elle en question notre modèle alimentaire ?

Le sujet a été abordé sous les angles psychologique, technologique, nutritionnel et sociétal.