Posts by: Agglotv


Des diagnostics immobiliers obligatoires, soit ! Mais pourquoi ne pas en profiter pour réaliser des prestations premium qui aideront les acquéreurs à se projeter dans leur futur logement.

Vous avez décidé de mettre votre maison ou votre appartement en vente, et votre notaire vous a expliqué que vous avez une obligation légale de faire réaliser les diagnostics immobiliers. Le nombre et la nature de ceux-ci sont variables en fonction des caractéristiques d’âge et de situation géographique. Le DPE, l’état d’installation intérieure de gaz et d’électricité, le diagnostic plomb et amiante, le diagnostic termites et facultativement le mesurage de surface. Ce dernier n’étant pas obligatoirement réalisé par le diagnostiqueur certifié, les 6 premiers doivent obligatoirement être signés par un technicien certifié par un organisme agréé COFRAC. Une fois cette obligation remplie, on peut se demander ce que le rapport va apporter comme argument de vente. L’obligation légale de diagnostic a été introduite pour informer l’acquéreur sur les dangers potentiels du bien qu’il compte acheter. Il n’y a rien de positif dans cette démarche mis à part le DPE qui informe sur les consommations d’énergie et de production de gaz à effet de serre.  Bien entendu un bien exempt d’anomalie, sera plus facile à vendre. Mais combien d’appartements ou de maisons pourront passer sans détection d’anomalie cette expertise obligatoire. Sachez que plus le bien est ancien, plus il a de risques de présenter un diagnostic comportant des anomalies. Pour la majorité des anomalies relevées, il n’y a aucune obligation de rectification, lais uniquement un devoir d’information. Un bon rapport illustré de photographies permettra d’identifier rapidement les défauts, et vous permettra si vous décidez de rectifier l’installation de faire constater aux acquéreurs l’état d’avant et après les travaux. Pour engager une dynamique positive, il conviendra de mettre en avant les aspect « vendeurs » du bien. L’absence de vis-à-vis, la clarté du logement, sont des critères importants de choix pour les acquéreurs. Sur une offre importante de biens, les sites spécialisés d’annonces...

Read more


SEAT fait son entrée sur le marché du deux-roues motorisé avec un eScooter entièrement électrique

SEAT renforce son engagement en faveur de la mobilité urbaine et fait son entrée sur le marché de la moto en présentant le concept SEAT eScooter. L’entreprise commercialisera sa propre moto 100 % électrique, avec une cylindrée équivalente à 125 cm3 en 2020. La présentation officielle aura lieu le 19 novembre prochain à l’occasion du salon Smart City Expo World Congress à Barcelone. Le nouveau concept SEAT eScooter s’inscrit dans la stratégie de mobilité urbaine de l’entreprise. Cette dernière est axée sur la proposition de solutions durables pour les villes. Lors de la dernière édition du Mobile World Congress, SEAT avait annoncé qu’elle serait le fer de lance de la stratégie de micro mobilité du Groupe VOLKSWAGEN. Cette stratégie inclut également le concept car SEAT Minimó, ainsi que la trottinette SEAT eXS Kickscooter powered by Segway dévoilée lors du Smart City Expo 2018. Luca de Meo, Président de SEAT, déclare que « face à la croissance continue des grandes villes, la mobilité efficiente constitue l’un des principaux défis à relever. Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape dans notre stratégie de micro mobilité urbaine en confirmant le lancement du premier eScooter de l’histoire de la marque ». Barcelone est la ville européenne qui compte le plus grand nombre de motos par habitant et qui possède une longue tradition de mobilité à deux roues. C’est pourquoi SEAT développera ce concept en collaboration avec le constructeur de motos électriques Silence, basé à Barcelone. Il sera commercialisé aussi bien auprès des particuliers que des flottes partagées. Démocratiser la mobilité électrique et durable SEAT est en passe de devenir un prestataire de services de mobilité qui va au-delà de la construction de véhicules. L’objectif est de répondre à l’une des principales tendances en matière de mobilité de demain : l’économie collaborative, partagée et durable. À ce...

Read more