Posts by: Agglotv


Yvelines : Des résultats sans précédent pour le marché immobilier haut de gamme

Une année 2020 plus dynamique qu’attendu Avec une moyenne d’environ une vente par semaine en 2020, BARNES Yvelines a réussi à réaliser une année solide, et ce, malgré un arrêt quasi-total du marché durant le premier confinement au printemps dernier.  Plusieurs raisons à cette résilience : de janvier à mi-mars, la demande était maintenue par une fin d’année 2019 exceptionnelle et des taux toujours très bas. Même si le 1er confinement a marqué un arrêt brutal de l’activité, le secteur immobilier s’est adapté grâce au digital pour faire face à la situation sanitaire. « Le marché a rebondi avec force à partir de mai 2020, notamment sous l’impulsion des nombreux Parisiens qui ne voulaient pas risquer de se retrouver à nouveau coincés plusieurs semaines sans espaces extérieurs. », explique Bénédicte Petitcol, Manager de BARNES Yvelines Nord. Le deuxième confinement en fin d’année et ses restrictions de circulation, a entraîné une nouvelle contraction de l’activité, moins forte que celle rencontrée au printemps grâce notamment à des processus de visites virtuelles rôdés. Et alors que le mois de décembre est habituellement « creux », les bureaux de BARNES Yvelines ont reçu des demandes et concrétisé des ventes de manière ininterrompue jusqu’au 31 décembre. Pour Nicolas Moirignot, Manager de BARNES Yvelines Sud : « La cote d’amour des Yvelines est en hausse régulière depuis des années. Tout comme les prix de son immobilier de prestige. Mais il y aura sans conteste un avant et un après 2e semestre 2020, dans la dynamique du marché. » Des prix en hausse soutenue sur tout le département   Appartements Maisons Appartements + maisons   2019 2020 Tendance 2019 2020 Tendance 2019 2020 Tendance Prix de vente moyen 870 159 € 942 415 € +8,30 % 1 636 738 € 1 739 194 € +6,62 % 1 373 227 € 1 526 000...

Read more


Prolongation des vieilles centrales au-delà de 40 ans : l’ASN privilégie le calendrier d’EDF au détriment de la protection des populations et de l’environnement

L’ASN publie aujourd’hui ses prescriptions génériques pour la poursuite du fonctionnement des réacteurs de 900 MWe au-delà de 40 ans, un mois seulement après la clôture de la consultation publique. Ce délai très court confirme que cette consultation était de pure forme. Des demandes spécifiques visant à améliorer la sécurité et la sûreté des réacteurs, formulées par des ONG ou des expert·es indépendant·es dans le cadre de la consultation n’ont pas été prises en compte. C’est, par exemple, le cas de la bunkerisation des piscines d’entreposage des combustibles usés.Au contraire, l’ASN mentionne dans sa note d’information du jeudi 25 février 2021 qu’elle « a par ailleurs reporté certaines des échéances en raison de contraintes industrielles et d’exploitation particulières quand le report était acceptable du point de vue de la sûreté ». Pour Roger Spautz, chargé de campagne Nucléaire à Greenpeace France, « ce sont bien les capacités industrielles d’EDF qui dictent le calendrier de la mise en œuvre des prescriptions et non la nécessité d’améliorer la sûreté. Comme pour les mesures de renforcement du parc nucléaire français post-Fukushima, l’ASN fait constamment le choix du report au mépris de la protection des populations et de l’environnement ». Greenpeace rappelle que la mise à niveau des réacteurs de 900 MWe ne permet pas d’atteindre les exigences fondamentales de sûreté découlant des règles actuellement en vigueur, tant en France que sur le plan international.

Read more