Sandouville se transforme pour accueillir le futur Renault Trafic


La performance et la compétitivité des usines sont des éléments clé pour la réussite du plan stratégique du Groupe Renault. Dans le cadre de ce plan, Renault fait évoluer son outil industriel. Renault a ainsi annoncé dès 2011 un investissement de 230 millions d’euros pour réaliser des travaux de transformation hors norme de l’usine de Sandouville afin d’y relocaliser le futur Trafic.

Le futur Trafic sera commercialisé à partir de 2014, avec un volume de production aujourd’hui estimé à 100 000 unités par an une fois que toutes les versions auront été lancées. La relocalisation de Trafic à Sandouville, produit auparavant en Angleterre et en Espagne, permet au Groupe de produire sur le sol français la majorité de sa gamme utilitaire (avec Kangoo à Maubeuge et Master à Batilly). Sur le marché européen, Renault est leader du véhicule utilitaire depuis 1998.

Engagés depuis août 2010, les travaux de ce chantier exceptionnel ont permis en 2012 de mettre au gabarit les installations afin de se préparer à produire un véhicule 60 cm plus long et plus haut que Grand Espace. D’ici la fin de l’année l’installation de la ligne de montage du futur Trafic sera effectuée et la réalisation des premières pré-séries pourra commencer. Cette mutation industrielle et culturelle de l’usine, atteste de la confiance de l’entreprise dans la pérennité des capacités de l’usine de Sandouville.

Une mutation industrielle et culturelle

Depuis son ouverture en 1964, l’histoire de Sandouville est étroitement liée au Haut de Gamme. De la Renault 16, produite pendant 15 ans à plus de 1,4 millions d’exemplaires, à Laguna et Espace en passant par la R25 ou encore la R21, l’usine normande s’est construit une réputation sur le segment supérieur de la gamme Renault.

En mai 2010, Sandouville a entamé sa révolution industrielle et culturelle, avec le coup d’envoi du projet Véhicule Utilitaire (VU). Moyennant un investissement de 230 millions d’euros, c’est en effet des chaînes normandes que sortiront Futur Trafic, dont la commercialisation est prévue en 2014, et la version haute de l’Opel/Vauxhall Vivaro.

La relocalisation de Trafic à Sandouville, produit auparavant en Angleterre et en Espagne, permet au Groupe de produire sur le sol français la majorité de sa gamme utilitaire (avec Kangoo à Maubeuge et Master à Batilly), marché sur lequel il est leader européen depuis 1998.

Un chantier d’une envergure exceptionnelle

Les travaux monumentaux d’adaptation nécessaires à l’accueil du VU ont commencé dès août 2010 avec le chantier mono-ferrage en Tôlerie. Pas moins de dix chantiers simultanés en Tôlerie, Peinture et Montage ont ensuite été menés pendant les travaux d’arrêt de l’hiver 2010/11. En 2011, Espace a rejoint la ligne de production de Laguna, libérant ainsi de la place pour entrer dans une nouvelle dimension, celle d’une ligne de production VU. Les deux lignes VP et VU cohabiteront jusqu’en 2015, le temps que Douai prenne le relais avec le lancement des remplaçants de Laguna et Espace.

Après les gros travaux en 2010 et 2011, 2012 est l’année de la mise en place des nouvelles machines et installations pour la fabrication de Futur Trafic, véhicule 60 cm plus long et plus haut que l’actuel Grand Espace. Depuis le mois de juin, les équipes de Villiers Saint-Frédéric (VSF), où sont fabriqués et mis au point les outils et les process de fabrication, et les équipes de Sandouville pilotent l’installation de la nouvelle ligne : mise en place, tests, mise au point… Plus d’une centaine de chantiers ont pris place lors des huit semaines d’arrêt estivales 2012. Plus de 200 salariés de l’usine travaillent à temps plein sur le projet, aux côtés de prestataires extérieurs.

- A l’Emboutissage, 5 000 tonnes de fonte ont été coulées pour les outils de la ligne de production VU, soit trois quarts du poids de la charpente métallique de la Tour Eiffel.

- En Tôlerie, 290 machines et installations ont été déplacées en 2011. La nouvelle tôlerie est désormais implantée sur une surface avoisinant les 20 000 m². Elle compte 187 robots neufs, nécessaires à la réalisation des 5 000 points de soudure prévus pour l’assemblage de la carrosserie de Futur Trafic. La première caisse ferrée est programmée en fin d’année.

- En Peinture, le tunnel de traitement anti-corrosion a été rehaussé de 70 cm et la cabine peinture a été allongée de 12 m. Des moyens spécifiques au VU ont été mis en place: nacelles et tapis roulant assurant aux opérateurs une bonne position lors de l’application d’une partie des 120 m de cordons de mastic, robots intérieurs permettant de mastiquer et de peindre l’intérieur du fourgon. Ce process est inexistant pour les VP sur lesquels les intérieurs sont habillés. Le premier véhicule peint est prévu début 2013.

- Au Montage, les équipes de Villiers-Saint-Frédéric et Sandouville ont mis en place la nouvelle ligne VU. Elles ont permis l’industrialisation de trente moyens lourds tels le remplissage, l’accostage, le vissage roue et roue de secours…. Les monteurs pilotes ont notamment participé aux différents jalons physiques qui ont permis de valider sur prototypes la montabilité des pièces et de préparer les futurs outils et process pour l’atelier Montage. Le premier véhicule assemblé est programmé début 2013.

Le challenge de l’usine de Sandouville, ces dernières années, n’est pas sans rappeler celui d’une usine « green field » (construite sur un terrain vierge) comme Curitiba à la fin des années 1990 ou Tanger plus récemment. Certes l’usine havraise existait, a bénéficié du retour d’expérience des autres usines VU du Groupe, mais elle a été entièrement bouleversée afin de mettre en place une nouvelle ligne de fabrication aux dimensions inconnues sur le site, tout en continuant à produire 200 à 250 VP / jour. Le résultat est là. La nouvelle ligne VU, que les salariés ont découverte en septembre, est opérationnelle. Dans un peu plus de deux mois, la sortie des premiers véhicules, dans le cadre de pré-séries, concrétiseront près de trois ans d’efforts.

Pour Thierry Bolloré, directeur des fabrications et de la logistique du Groupe Renault, ” les installations sont maintenant en place et l’usine de Sandouville entre désormais dans une nouvelle phase, celle de la réalisation des pré-séries. C’est une phase déterminante dans la mutation industrielle de Sandouville, mais c’est aussi une étape importante pour les salariés qui voient se dessiner le futur de leur usine”.

SANDOUVILLE : UNE USINE ENGAGÉE

• Dans le cadre de la politique de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), Sandouville déploie un partenariat avec l’UIMM du Havre (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) :
o Depuis 2009, l’usine participe à la réinsertion de jeunes en difficulté dans le monde du travail
o Depuis 2010, l’usine valorise les métiers de l’industrie auprès des lycéennes (avec les « IndustriElles ») et du grand public (jeunes en voie d’insertion avec le Carrefour solidaire)
o L’usine prête des compétences (techniciens ergonomes) à des entreprises d’insertion professionnelle

• Renault s’attache à réduire l’impact de l’automobile sur le climat et Sandouville met en œuvre cet engagement :
o En lançant une politique environnementale de grande ampleur dès 1995 :
• Elle est la première usine du Groupe à avoir reçu la certification environnement ISO 14 001 en 1998
• Elle est impliquée dans le développement de l’énergie photovoltaïque depuis 2012
• Elle est engagée dans un processus de récupération d’énergie thermique dégagée par l’incinération des déchets de l’usine.